La Maison de Santé - un débat tranché

Argentat Xaintrie

Parmi les nombreux points à l’ordre du jour du conseil communautaire du 28 juin dernier, le projet de création de la Maison de Santé Pluriprofessionnelle (MSP) a longuement occupé les débats

Initiée par l’ancienne Communauté de Communes du Pays d’Argentat, ce projet est désormais porté par Xaintrie Val’Dordogne. Il était donc indispensable que les nouveaux élus issus des 30 communes connaissent précisément les conditions de réalisation de ce projet.

Le conseil communautaire a, dans un premier temps, unanimement renouvelé sa volonté de voir aboutir, dans les meilleures conditions possibles, cette MSP. Elle constitue un des équipements structurants et se présente comme la réponse à la problématique de désertification médicale. C’est la raison pour laquelle la Communauté de Communes porte la construction de cet équipement, dont le coût d’opération est à ce jour de 2 185 000€ HT, et pour lequel Xaintrie Val’Dordogne l’autofinance à plus de 685 000€ (hors emprunt lui-même remboursé partiellement par les loyers des professionnels de santé).

Après un examen attentif des incidences financières des conditions de location de la MSP, arrêtées par l’ancienne Communauté de Communes du Pays d’Argentat, et constatant les difficultés de remplissage de la MSP qui devraient être résolues par une coopération plus étroite entre professionnels de santé, le conseil communautaire a estimé comme indispensable de les reconsidérer.

Ce projet, qui a considérablement évolué depuis l’origine, oblige en permanence les élus à s’adapter, au regard des nouvelles réalités d’aujourd’hui, et notamment des capacités budgétaires de la nouvelle Communauté de Communes

C’est la raison pour laquelle le conseil communautaire a, dans une très large majorité (42 « pour », 2 « abstentions » et 3 « contre ») décidé que les dépenses de fonctionnement de la MSP devaient intégralement être prises en charge par les professionnels de santé (c’est-à-dire les dépenses liées aux « communs » : les couloirs de circulation, la salle de réunion, le local chaufferie, la tisanerie, …), comme c’est le cas dans la grande majorité des MSP.

Par ailleurs, le conseil communautaire a précisé que Xaintrie Val’Dordogne prendrait à sa charge les dépenses liées aux bureaux vacants durant 3 ans.

Les professionnels de santé ont une très large place dans les débats, dans la concertation et Xaintrie Val’Dordogne les considère comme des partenaires essentiels et légitimes à la co-construction de cette structure.

Pour autant, les élus du territoire pensent désormais qu’il est nécessaire de reconsidérer l’engagement initial, très défavorable aux finances publiques donc au contribuable, et à l’esprit même de ce que doit être une MSP. Un effort financier mineur, mais essentiel, leur est donc demandé.